A L uneACTUALITESOn en parle

Les activités d’orpaillage sont suspendues dans tout le Mali, et cela, jusqu’au 30 septembre 2024.

C’est ce qu’indique un communiqué diffusé mardi 25 juin dans la soirée par le ministère des Mines. Une suspension qui a lieu chaque année, pendant la saison des pluies, pour la sécurité des orpailleurs. Les éboulements dans les mines d’or traditionnelles sont malheureusement fréquents. Au début du mois, une ving‐ taine d’orpailleurs a été tuée à Faranida lorsque le tunnel dans lequel ils creu‐ saient s’est effondré. Et pendant la sai‐ son des pluies, ce risque est décuplé.
Au sein du GAD, le Groupe action développement, Fabou Keita travaille à l’amélioration des conditions de vie des populations d’orpailleurs dans le cercle de Kangaba, l’une des principales zones minières du Mali. « Durant l’hivernage, ça devient très dangereux de pratiquer l’orpaillage. C’est à cause de la pluie. Le risque d’effondrement est très grand. Les puits [où creusent les mineurs, NDLR] se remplissent d’eau, souvent la plaine devient comme une rivière. C’est très dangereux pour les orpailleurs. Vraiment, le risque d’éboulement est très grand. »
Suspension (bis)

Mais lorsque l’ont fait vivre sa famille grâce à l’orpaillage, difficile de s’arrêter, même pour sa propre sécurité. C’est ce qu’explique ce mineur artisanal qui travaille sur un site du cercle de Kangaba – par précaution, RFI a choisi de maintenir son anonymat. « Le travail n’est pas totalement arrêté, parce que c’est notre survie. Nous vivons de ça. On est obligé de continuer ! Quelqu’un qui ne vit que de ça, si vous l’empêchez de travailler, comment il va vivre ? Il va quand même vivre, mais très difficilement. » Certains mineurs artisanaux profitent toutefois de la suspension de leur activité, pendant la période d’hivernage, pour retourner aux champs participer aux travaux agricoles.

Laisser un commentaire